Archive :

2015
2014
2013
2012
2011
Décembre
Novembre
Octobre
Septembre
Août
Juillet
Juin
Mai
Avril
Mars
Février
Janvier
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
1996
1995
1994
1993
1992
1991
1990
1989
1987
1986
1985
1984
1983
1982
1981
1980
1979


Moteur de recherche :
Interview d'Adam Jalais pour le Club150kg

Interview d'Adam Jalais pour le Club150kg
Chaque fois que je rentre une nouvelle compétition dans la base de données du club150kg, je remplace le nom de l'athlète tel qu'il apparaît sur la feuille de résultats par le patronyme inscrit dans la base, afin de n'avoir aucun doublon (ainsi, par exemple, "J-P Nembrot" deviendra "Nembrot Jean Pierre". Ce long processus permet de vérifier les patronymes mais aussi de détecter les nouveaux venus dans la base. C'est ainsi que j'ai pu remarquer l'entrée plus que fracassante dans la communauté des Powerlifters de Jalais Adam, qui, pour sa première compétition (2e Pas FA FFHMFAC 2011) a fait fort (voir ci dessous).
Fiche Athlète
1990 (Espoir)
Club Vannes AC (56) Zone Nord Ouest
Cat ES 110 (ES 120)
Squat RAW 275kg
Dev Couché Raw 160kg
Terre Raw 245kg
Total RAW 680kg Nat FFHMFAC
adamjalais@gmail.com
Lambiel Fabien On ne fait pas des barres pareilles, surtout non équipé, sans avoir déjà une solide expérience des sports de force. Peux-tu nous raconter ton parcours (autres sports, pratique de la musculation) ?
Jalais Adam En l'occurrence, c'est tout le contraire. J'ai commencé la musculation d'une manière générale il y a un an et demi, et l'entraînement de force il y a tout juste un an. Avant ça, je ne pratiquais aucun sport. Le plus amusant est que je dois ma première séance à un ami qui m'a presque traîné de force à la salle, puis de m'être finalement pris au jeu au point de dépasser pas mal de monde en terme de performances. Dès la première séance, j'ai senti que j'avais un gros potentiel en force, et que c'est ce qui me plaisait le plus en entrant dans une salle. C'est donc aux alentours du printemps/été 2010 que je me suis tourné vers le VAC afin de sérieusement envisager un entraînement de Force Athlétique, jusqu'à ma première compétition le 4 juin dernier.
Lambiel Fabien Le club de Vannes nous a donné de grands champions déjà. On pense à Gainche Hervé, à Cocheril Lenaik. Il y a t'il un(e) athlète ou entraîneur qui te suive particulièrement ? Qui t'a poussé à te mettre à la compétition ?
Jalais Adam Dans le gros de mon entraînement, je ne suis pas suivi ; cependant, Annabelle Troudet étant l'encadrante principale au VAC, je peux lui demander conseil en cas d'interrogation. C'est avec elle que j'ai appris la technique de base pour les trois mouvements. En outre, le VAC étant un petit club à l'ambiance quasi-familiale, je m'entraîne paradoxalement tout seul, tout en étant suivi par un peu tout le monde. Mais c'est vraiment Annabelle qui m'a inculqué les fondamentaux de la force athlétique, de manière très professionnelle et poussée "malgré" sa base haltérophile (c'est d'ailleurs du fait qu'elle n'aie jamais discriminé la force athlétique que j'ai été par la suite étonné de découvrir que des différends existaient entre haltérophiles et force-athlétistes). Concernant Hervé Gainche, c'est le seul des deux athlètes pré-cités que je connaisse personnellement. Il a d'abord été une grande source de motivation pour moi, puisque j'ai très vite dépassé les performances que l'on peut communément voir en salle ; or Hervé Gainche était à la fois l'un des seuls licenciés en Force Athlétique pour le VAC, et l'un des adhérents les plus forts. Mon objectif a donc d'abord été de l'égaler, puis de le battre. Puis je l'ai rencontré en personne pour la première fois il y a quelques mois. J'ai découvert un athlète très disponible, très humble, et franchement sympathique. Nous avons donc gardé contact, et c'est grâce à lui que j'ai fait par ricochet la connaissance d'autres gros athlètes de force comme Abdelaziz Aliouate et Tony Chard (eux aussi très disponibles et aimables, c'est d'ailleurs Abdelaziz qui m'a coaché lors de ma première compétition).
Lambiel Fabien Comment s'articule ton entraînement dans la semaine ? Quelle fréquence, combien de temps ? à quel moment de la journée ? quel types de séries ? quels mouvements pratiques tu en dehors du SQ, DC, DL ? que ne fais tu jamais ?
Jalais Adam Je m'entraine 4 fois par semaine (mais en ce moment je prends une pause de deux mois pour souffler un peu et avoir un job d'été, histoire de récupérer d'une tendinite aussi) : - Une séance à base développé couché - Une séance à base squat - Une séance à base soulevé de terre - Une séance "fourre-tout". Sur le principe, mes séances sont très simples : je sais que j'ai un mouvement de base à travailler en force. En conséquence, je matraque, jusqu'à ressortir complètement vidé de la salle. Par exemple, sur une séance de développé couché, la séance peut être du type : - développé-couché en 5*5 ou 3*3 - Développé-suppination en 6*6 + développé haltère entre les séries - Développé inversé en 6*6 + butterfly entre les séries - Développé couché excentrique à 100% pour "me finir" (Annabelle a l'habitude d'appeler ça des "séances marathon, même si pour l'instant c'est la manière avec laquelle j'ai le plus de sensations, et vers laquelle je tends naturellement ; mais on a parlé d'avoir un vrai programme pour la rentrée avec elle, histoire de voir ce que ça donne). Comme tu peux le voir, ma base d'entraînement est le lourd, et le léger l'exception. Pour moi, c'est en travaillant lourd que l'on lève plus lourd. Je hais le léger. Je déteste le léger. Je déteste les séries longues. Je déteste le cardio. Du coup, je n'en fais jamais, même si je devrais. Rien que le fait de me forcer à faire des abdominaux au moins une fois la semaine me répugne, mais je m'y astreins. En outre, je ne fais jamais d'exercices pour la pure esthétique, mon but premier est seulement la force. Du coup, je ne fais quasiment jamais de curls, mollets...
Lambiel Fabien Tu as un énorme Squat, surtout non équipé ! Quel est, selon toi ou ton entraîneur, ton point faible ?
Jalais Adam Du fait d'être nouveau dans le sport, mon point fable majeur est la technique, et ce sur les trois mouvements. J'ai l'avantage d'avoir un physique fait pour la force ; je suis "petit", trapu, avec des membres courts, une grosse cage et de gros segments ("un cube" disait Abdelaziz). Pour l'instant donc, je peux me permettre de pousser comme une brute et insister pour que la barre passe, mais il me faudra acquérir un minimum de technique si je veux aller au delà. Pour Annabelle, l'une de mes qualités serait aussi un défaut : le fait de beaucoup tirer sur de l'influx nerveux. Du coup, beaucoup de barres montent à la rage, au détriment d'autres choses ou de certains points techniques.
Lambiel Fabien Tu as commencé non équipé, as tu déjà testé le matériel d'assistance ? Quelles sont tes sensations ? ton ressenti ? ton positionnement personnel par rapport au matériel ?
Jalais Adam Je n'ai jamais testé le matériel d'assistance, même les bandes genoux sont quelque chose de récent pour moi. Je les ai pris à la base par rapport à une tendinite (qui d'ailleurs persiste toujours), mais si je peux faire sans matériel, alors je fais sans. Du peu que j'en ai vu, il est sûr que les bandes offrent un rebond, mais d'un autre côté le gain de performance est moindre par rapport au gain en sécurité. Dans l'idée que je m'en fais, je n'ai jamais vu les maillots d'un bon oeil. Je veux dire, ils restent à mon avis un équipement de sécurité ; dès lors qu'il n'y a pas de douleur, il n'y a pas lieu de les mettre. Les tendons et articulations font aussi partie de nos limites physiques, si ce sont eux qui empêchent une performance... tant pis. D'un autre côté, on ne peut pas vraiment nier le rôle de prévention que tiennent les maillots, ce qui peut en justifier l'utilisation (mais ne m'empêche pas pour autant d'admirer des performances comme celles de Richard Ligier). Mais je suppose que si je veux concourir à plus haut niveau, je serai obligé de me plier au port de maillots de force quoiqu'il arrive, même si je t'avoue que je rêverais de remporter des compétitions en tirant raw.
Lambiel Fabien As-tu des objectifs sportifs en termes de barres à atteindre ? de records ? de qualifications ?
Jalais Adam Généralement, j'ai toujours une barre à moyen terme que je me suis fixé en tête. Elle peut être basée sur les performances d'un athlète, un "palier", un calcul pour atteindre les minimas du niveau supérieur... En ce moment, je vise les 300kg Raw au squat, au soulevé de terre, et les 200kg raw au développé couché. Ensuite, je suppose que je viserai à 350 sur le long terme, et à 325 sur le moyen terme, à voir.
Lambiel Fabien Quel sera ta stratégie vis à vis des nouvelles catégories de poids en vigueur pour 2011 - 12 ? rester en -120 ou descendre en -105kg ?
Jalais Adam Honnêtement ? Je n'en ai aucune idée. Pour le moment je varie plus ou moins en fonction de la masse que je prends ou que je perds. Le problème est que je suis encore dans une ligne de progression en force comparable à celle d'un débutant. Du coup je ne peux pas vraiment répondre avant d'avoir stabilisé mon poids de corps (pour te donner une idée, j'ai pris 20kg en un an). Puis, j'ai toujours été adepte de ce que j'appelle "la technique du gros sac" ; bosser lourd, manger beaucoup, dormir assez. De tête, je ne pourrai pas citer son nom, mais un bodybuilder américain (me semble-t-il) disait qu'il est facile d'être gros et fort, mais qu'être fort et beau, c'est une autre histoire. C'est en étant le plus massif que je me sens le plus fort, et le fait d'être dans les grosses catégories de poids me donne l'impression d'avoir plus de marge, d'être plus tranquille. C'est pourquoi il est assez possible que je reste en - de 120kg, sauf changement ultérieur.
Lambiel Fabien Est-ce qu'on te verra faire des reps dans des 100kg ? lors du prochain Trophée Breton par exemple ? As tu déjà testé les reps à 100kg ou 120, ou 150 ?
Jalais Adam J'aimerais bien, tout dépendra de mon emploi du temps en fait ; puis comme j'expliquais plus haut, l'endurance n'est pas vraiment mon fort... Il m'arrive de temps en temps de me tester sur du 100kg en max de répétitions, pour tâter un peu. En ce moment j'ai une vingtaine de répétitions à 100kg, une dizaine assez facile à 120kg, et 4 ou 5 répétitions à 150kg. De ce que j'en ai vu sur des sites comme superphysique ou autres, l'endurance n'est pas vraiment au rendez vous si l'on part de mon max à la volée de 175kg.
Lambiel Fabien (il n'y a pas que le sport dans la vie) Fais-tu des études ? Travailles-tu déjà ?
Jalais Adam En ce moment, je suis étudiant en droit. J'entre en première année de Master à la rentrée (et non, je n'ai pas vraiment le physique de l'emploi).
Lambiel Fabien Tous les Espoirs que nous avons aujourd'hui ont comme point commun de ne pas beaucoup ressembler aux jeunes de leur âge que l'on peut croiser au quotidien. Est-ce que tu as ressenti cela ? et peux tu le définir ?
Jalais Adam C'est quelque chose d'assez amusant à constater, d'autant plus qu'on le mesure souvent à la réaction des gens. C'est quelque chose d'assez nouveau et amusant de se faire arrêter dans la rue au moins une fois la semaine par des gens qui s'interrogent. De l'interrogation, souvent, de l'incompréhension aussi. Forcément, le sport veut que l'on se bâtisse un physique assez hors du commun, beaucoup plus massif que ce que l'on peut communément voir. Du coup, on a un petit mélange de gêne et de plaisir lorsqu'on se voit demander "Tu fais de l'haltéro toi, non ?". Il n'y a pas eu une seule fois ou le terme "force athlétique" soit sorti de la bouche de qui que ce soit dans ce genre de situation. Souvent aussi, cette même redondance dans la question "Mais pourquoi ? Pourquoi soulever des poids ?", comme si le fait de pousser ses limites physiques et mentales devait être lié à des fins utilitaristes. A ce propos, le fait d'être physiquement différent met un peu en marge. Il n'y a qu'un seul ami avec lequel je me retrouve de ce point de vue, Pierrick Marie, qui a un niveau national en lancer de marteau et mesure au passage 1,95m pour environ 130kg. A part lui, je n'ai pas croisé beaucoup de personnes aussi "décalées" des normes. Du fait des études que je suis, un problème de crédibilité peut également se poser. Tu évoquais dans l'un de tes articles le personnage de Fortenbras dans l'oeuvre de Shakespeare ; le cliché persiste, un reportage sur le bodybuilder Alexandre Nataf est justement passé récemment, qui résume assez bien la chose. D'un autre côté, il y a aussi, assez souvent, une certaine admiration en général pour la force physique et l'impression de puissance. D'ou un autre aspect plutôt sympathique de la chose quand on se fait complimenter sur le travail effectué.
Lambiel Fabien Merci d'avoir pris le temps de répondre à cette brève entrevue, je te souhaite une longue et brillante carrière ! Epates nous ! Effectivement, après t'avoir écouté on ne peut qu'être satisfait de voir que la Force Athlétique a des ambassadeurs de ton âge qui ressemblent à tout sauf à l'image d'épinal facile qu'on aimerait trop souvent nous coller dans le dos. A bientôt sur les plateaux.