Archive :

2018
2017
2016
2015
2014
Décembre
Novembre
Octobre
Septembre
Août
Juillet
Juin
Mai
Avril
Mars
Février
Janvier
2013
2012
2011
2010
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
1996
1995
1994
1993
1992
1991
1990
1989
1987
1986
1985
1984
1983
1982
1981
1980
1979

Site mis à jour le 18 Juin 2018
Moteur de recherche :
Club150kg en retard ?

Club150kg en retard ?
Et oui, et souvent ! Cette saison 2013 2014 a été difficile pour le Club150kg car il y a eu beaucoup de travail à faire dans "la vie réelle". Comme vous le savez pour la plupart d'entre vous, je suis aussi prof d'anglais dans un collège. si vous regardez la photo aérienne vous verrez une silhouette d'un B-17 peinte dans la cour de mon établissement, avec, rassemblés autour d'elle, près de 400 élèves et officiels, rendant hommage à la minute exacte, 70 ans après, à l'équipage d'un de ces bombardiers qui s'est écrasé sur notre quartier. Ce qui a commencé par un travail d'histoire et d'anglais est devenu une véritable boule de neige, se terminant avec les remerciements du chargé d'affaires de l'ambassade Américaine, et la venue du cousin de l'un des aviateurs disparus dans nos rues pour un superbe moment de souvenir.Les habitants du quartier ont été d'une grande dignité, un de nos élèves a été copilote au dessus de nos têtes au moment de la minute de silence, puis un autre avion nous a survolé le 6 Juin. Je vous laisse découvrir les raisons du retard (maintenant comblé) de ce site. Merci.
L'année scolaire qui se termine aura été pour 89 élèves de Pisseleux et les 35 adultes impliqués une suite d'émotions et de surprises.
Comme vous avez pu le suivre sur ce blog, les enfants de l'école primaire de la Haute Borne et du collège François 1er ont commémoré les 70 ans du crash d'une forteresse volante sur Pisseleux.
Ce qui avait commencé comme un moyen de faire de l'anglais avec de l'histoire locale est devenu un projet salué à la fois par les familles de trois des aviateurs et par les officiels américains, jusqu'au chargé d'affaire de l'Ambassade Américaine, mr. Taplin.

Il y a vingt ans déjà, sous l'impulsion de Mrs Presson et Baudier, mr. Pete Flores, demi-frère de Joe Pino, seul rescapé de cet évènement, avait été reçu avec les honneurs à Villers-Cotterêts à l'occasion de l'inauguration de la stele de mémoire dédiée à ces aviateurs.
C'est à cette occasion que la ville de El Paso d'où venait Joe Pino a fait de tous les habitants de Villers-Cotterêts ses citoyens d'honneur.
Cette distinction magnifique qui est toujours valable aujourd'hui nous rappele chaque jour que ce 6 février 1944 les habitants de Pisseleux ont fait preuve d'une humanité et d'un courage qui fait honneur à notre communauté.

Vingt ans plus tard, en 2014, les habitants de Pisseleux ont une fois de plus montré qu'ils étaient dignes de leus anciens.
Il était hors de questions dans notre équipe que les 70 ans de cet évènement soient célébrés à la va-vite.
L'idée  d'impliquer des enfants dans ce projet allait de soi car ces dix aviateurs sont tombés sur le chemin qu'empruntent nos écoliers tous les matins pour se rendre en classe.
On ne peut pas mieux expliquer et raconter le sacrifice de jeunes gens pour notre liberté.

Une exposition détaillée a été mise en place au collège, sur la base des travaux de Mrs. Presson et Baudier, avec les témoignages écrits des témoins de l'époque, et augmentée des récentes découvertes rendues possibles par la mise en ligne de nombreuses archives.
Les enfants du primaire ont consulté l'exposition dans le cadre de leur cours d'histoire.

Ce fut aussi l'occasion pour nos élèves de rencontrer pendant près de trois heures Mr. Presson et Mme Vigneron qui leurs ont raconté l'occupation à Pisseleux et le crash de cet avion.
Nos élèves ont donc entendu le témoignage vivant de deux témoins de cette période de notre histoire.
A l'heure où beaucoup commencent à disparaître, ils sont peut-être malheureusement la dernière génération d'enfants à avoir eu cette chance.

Pendant ce temps, dans le cadre de leur cours de mathématiques, les collégiens ont tracé à la peinture glycéro une silhouette à l'échelle 1:1 de cette fameuse forteresse volante, dans la cour du collège.
Cette trace énorme restera de longues années sur place et interrogera chaque nouvelle génération de nouveaux venus; les "anciens" du collège transmettront ainsi aux plus jeunes leurs connaissances, et perpétueront ainsi la mémoire des faits.

C'est en anglais que les élèves de 3e ont raconté cette histoire, ainsi que leur projet.
Ces textes de quatre pages seront publiés cet été dans la revue trimestrielle du Musée de l'Armée de l'Air Américaine.
C'est un honneur rare; leur texte sera lu par des pilotes basés dans le monde entier.

C'est face à cette silhouette que le 6 février 2014: à l'heure exacte du crash, 10h41, plus de 400 élèves se sont rassemblés.
Nous avons lu à tous la traduction de deux très belles lettres qui nous ont été adressées.
La première venait de Pete Flores, demi-frère de Joe Pino. La seconde de joseph Svietoniowski, frère de Walter Bernard Svietoniowski, décédé lors du crash de Pisseleux.
Ces deux personnes âgées nous remerciaient de rendre hommage à leurs frères. Vous pouvez facilement imaginer notre émotion.

Les enfants du projet ont énoncé les noms, origines, âges, position dans l'avion, grade, de chaque aviateur, et se sont placés sur la silhouette à l'endroit que chacun occupait.
A la minute de silence, le ciel gris de ce matin-là, identique à celui du 6 février 1944, fut percé une fois de plus par un avion.
Cette fois ci les pilotes ne venaient pas d’Amérique, mais de Pisseleux.
En effet, se trouvaient aux commandes Mr. Dufresne Henry, et à la place du copilote Mr. Laluc Grégoire, élève du collège et également élève pilote. Tous deux habitants de Pisseleux.
Ce vol, validé par la délégation de la sécurité aérienne et la police de l'air et des frontières, a ému beaucoup de nos élèves.
Ainsi, 70 ans plus tard, des habitants de Pisseleux, dont un enfant, rendaient hommage au sol comme depuis le ciel à ces aviateurs.
La boucle était bouclée.

Mais cette belle histoire n'était pas terminée.

Continuant les recherches, nous avons trouvé le cousin de l'aviateur Oscar Sylvester McIver, copain de Joe Pino.
Bill McIver a écrit son autobiographie dans laquelle il mentionne avoir ramassé le coton dans les champs du Texas en 1943 avec Oscar Sylvester, son cousin de six années son aîné.
Quand ce monsieur a su par notre intermédiaire que nous avions rendu hommage à son cousin il n'a pas eu les mots pour nous remercier.
Nous avons échangé beaucoup de courrier, jusqu'au moment où il a décidé de venir.

Nous avions donc la chance, 20 ans après la venue de Pete Flores, d'accueillir un autre membre d’une famille de l'un de ces aviateurs, si chers à nos cœurs.
Et c'est là que les habitants de Pisseleux ont fait preuve de cette grandeur d'âme qui fait leur réputation outre-Atlantique.

Au moment où nos deux amis américains embarquaient dans l'avion pour la France, ils furent accueillis par l'ensemble de l'équipage en tant qu'invités spéciaux.
... c'était le cadeau de bienvenue de Mr. Laluc.

Les collégiens ont donc étudié des extraits du livre de Bill McIver, By Dead Reckonning, et préparé des questions à lui poser.
Comme ils l'avaient fait avec Mr. Presson et Mme Vigneron, ils ont eu la chance de rencontrer pendant trois heures non seulement le cousin de l'un des aviateurs mais aussi un témoin historique direct d'une grande partie de leur programme du Brevet.
Le tout en anglais. Combien d'élèves en France ont eu cette chance ? Combien l'auront un jour ?

Je me suis bien sûr chargé de leur trouver un hébergement de proximité respectant leur intimité, leur âge et leur besoin d'un interlocuteur bilingue.
Les propriétaires et locataires des maisons concernées par les impacts de nos aviateurs ont tous donné leur accord pour que des fleurs soient déposées chez eux.

Quand nous nous sommes rendus sur la place du 8 Mai 1945, Bill et Sandra McIver ont eu la surprise d'assister à une grande cérémonie:

Beaucoup d'habitants de Pisseleux, et parents d'élèves, étaient présents sur place bien avant notre arrivée.
Des anciens collégiens devenus Lycéens étaient présents, conscients qu'il s'agissait là d'un moment historique pour Pisseleux.
Les porte-drapeaux français des associations patriotiques étaient présents.
La garde d'honneur du drapeau américain était également présente, grâce à l'intercession de Mr. Dufresne.
Le personnel technique de la mairie avait disposé le pavoisement, un arrêté municipal bloquait la place, la police municipale bloquait la circulation, la sonorisation et le pupitre officiel étaient en place. En effet, la nouvelle municipalité a tenu à apporter son aide, tout en restant une spectatrice non-intrusive de la cérémonie.
Les anciens candidats à l'élection et membres de l'opposition étaient présents, oubliant leurs différents politiques mutuels pour participer au devoir de mémoire. Je les ai tous salué et remercié de leur présence.
Mr. Atkison David, surintendant du cimetière militaire américain de Bellau était présent en tant qu'officiel.
Les membres de la Société Historique de Villers-Cotterêts étaient représentés.

Les enfants du primaire ont procédé à l'appel des morts français, ceux du collège des morts américains. Mme Gernez a énoncé les mentions "mort pour la France" et "Mort pour la patrie", pendant que Mme Philippe préparait les enfants à la marche de mémoire.

De très jolis bouquets avaient été offerts par le Foyer Socio-Educatif du collège François Premier, choisis par sa présidente Mme Solagna.
Mr. Laluc Grégoire, notre élève pilote du collège a fait un discours en anglais.
Au moment de la minute de silence, un nouveau survol a eu lieu, effectué par Mr. Pelletier Francis à bord d'un Boeing Stearman de 1943, une idée de Mr. Gaesler Clément, ancien élève de Pisseleux.
Nous avons ensuite procédé à une magnifique marche de mémoire, observant à chaque fois sur le lieu exact de l'impact de chaque aviateur un moment de silence, un dépôt de fleurs et l'énonciation de l'identité de l'aviateur concerné.
A chaque fois, la garde d'honneur du drapeau américain dirigeait la marche, bannière étoilée flottant au vent, dans les rues de Pisseleux, suivie par les habitants.
Les habitants concernés ont étés tous présents, à une exception près et excusée. Ils sont sur la photo.
Mr. Dequecker nous a fait l'honneur de sa présence au moment où le cortège se rendait sur la rue du Presbytère.
Les propriétaires de l'Imprimerie Afip ont même offert un verre à tous les enfants afin de les aider à supporter la chaleur, et avaient pavoisé leur cour ombragée.

La cérémonie scolaire terminée, les amis américains furent invités à la Mairie de Villers-Cotterêts pour une réception de fin de journée.
Le pilote de cette journée, Mr. Pelletier Francis, nous avait rejoints et faisait la connaissance de ses deux collègues pilotes ayant commémoré le 6 février.
Mr. Le Maire a rappelé dans son discours que ces aviateurs étaient morts pour nous libérer du joug nazi et a offert, en guise de symbole d'amitié franco-américaine, la médaille de la ville à Bill McIver.

Quand Bill et Sandra sont rentrés à leur maison d'hôte, ils eurent la surprise de se voir à la télévision.

Je voulais simplement remercier tous les habitants de Pisseleux et de Villers-Cotterêts qui ont fait preuve pendant toute cette année d'une magnifique grandeur d'âme.
Nous avons tous vécu des moments merveilleux, des émotions intenses.
Je suis heureux de les avoir partagés avec vous.

C'était il y a maintenant un mois, et un détail me remplit toujours de joie; les fleurs déposées sont toujours là, elles ont séché, mais pointent toujours vers le ciel.
Ce ciel justement, nous n'avons pas cessé de le regarder, à moins que ce ne soit le contraire.

Signé: Le prof d'anglais.