Archive :

2015
2014
2013
2012
2011
2010
Décembre
Novembre
Octobre
Septembre
Août
Juillet
Juin
Mai
Avril
Mars
Février
Janvier
2009
2008
2007
2006
2005
2004
2003
2002
2001
2000
1999
1998
1997
1996
1995
1994
1993
1992
1991
1990
1989
1987
1986
1985
1984
1983
1982
1981
1980
1979


Moteur de recherche :
Un ami Powerlifteur en Afghanistan

Reportage Express.fr 28 Sept 2010 Jean Yves (Père) Ducourneau
La Force Athlétique est aimée de tous ceux qui la pratiquent pour les rencontres incroyables qu'elle permet: on y croise des gens hors du commun qui nous marquent à vie.
Loin des "malades" qui accueillent leurs supporters les écouteurs d'un balladeur numérique sur les oreilles, nos champions disent bonjour et se démarquent sous les barres, et pas ailleurs.
On y trouve toutes les professions, des plus prestigieuses aux plus humbles, et nos grands champions comme nos athlètes du quotidien sont parfois Chercheurs au CNRS (Claude Rilly), anciens membres du GIGN (Michel Lefevre), ambulanciers (Richard Ligier), Tourneurs-Fraiseurs (Philippe Szezepanski), Instituteurs (Clavier Arnaud, Perrodou David), et on en oublie. Ils ont tous une passion commune, au delà de la politique, et des orientations religieuses, ou de l'athéisme.
Ils ont en commun cet engagement face à l'effort que l'on retrouve dans leur vie: le père Ducourneau, prêtre aux armées est de ceux-là.
Vous ne le connaissez peut-être pas, sauf si vous avez poussé dans la région de Bordeaux.
J'ai eu l'immense honneur de le connaître et de partager de bons moments avec lui lors de mon séjour à la Base Aérienne 106 Mérignac.
C'était une époque où l'on faisait son soulevé de terre à 7:30 du matin, du squat en plein air pour s'habituer à tenir l'équilibre.
C'était l'époque du Service des Sports de la base, animé par Bernard Bonnet et Eric Beauregrad. Il y avait aussi Lafitau Fabienne que j'ai vu commencer, en même temps que moi. Il y avait aussi Berrier Dominique, avec une force de bucheron, qui se rendait compte qu'il avait de l'avenir en Force.
Nous avons pris le train ensemble, l'équipe au grand complet de la BA-106, pour Toul et son 516e Régiment du Train, pour les Championnats de France 2000 de la FCSAD.
Le club de Satory n'était pas là : ils étaient au Kossovo je crois... nous avions donc nos chances.
Je me suis mis la colonne vertebrale en vrac ce jour là, et j'en porte les séquelles aujourd'hui encore. Bizarrement, je suis content d'ajouter à cette douleur qui ne me quittera jamais des souvenirs qui me suivront aussi, jusqu'au bout.
Prend soin de toi, Jean Yves.
Fabien (préthorien).